Les aliments empirant les douleurs

Pour une bonne santé, une alimentation riche, saine et variée est essentielle. Quand on est malade, certains aliments sont recommandés, car ils sont capables d’atténuer les douleurs en raison de leurs propriétés anti-inflammatoires. Toutefois, certains sont à éviter, surtout ceux qui sont inflammatogènes ou pro-inflammatoires puisqu’ils augmentent les douleurs. Tout de suite, on vous présente les aliments à bannir si vous ne vous sentez pas bien. Pensez également à lire Les aliments qui font gonfler le ventre.

Quels sont les aliments qui amplifient les douleurs ?

Les sucreries : Savez-vous que les sucreries augmentent les inflammations et donc les douleurs ? Même si vous n’êtes pas diabétique, ils font travailler davantage votre pancréas. Pourtant, quand le pancréas travaille trop, il y a une augmentation des réactions inflammatoires. Gâteaux, bonbons, confitures, boissons… sont concernés. Limitez aussi les sources de glucose (sucre de canne, sucre blanc, édulcorants…). Dès que vous voyez ces ingrédients sur les étiquettes alimentaires, il vaut mieux ne pas prendre l’aliment en question.

Les produits laitiers : Si vous avez des douleurs, les aliments à base de lait (beurre, yaourt, crème fraîche, glace…) ne sont pas recommandés, que ce soit le lait de brebis, de vache ou de chèvre, car ils contiennent de la caséine. C’est une protéine comme le gluten, elle peut causer des intolérances. De plus, il est difficile pour l’organisme de la digérer puisque sa digestion utilise plusieurs enzymes. Mais encore, elle participe à l’hyperperméabilité intestinale. Ça entraîne le passage des substances néfastes qui doivent être éliminées dans les selles dans la circulation sanguine. Les inflammations sont immédiatement douloureuses ou après quelques années sous forme de maladie inflammatoire chronique. Donc, consommez avec modération les produits laitiers, et mangez plutôt des aliments riches en calcium pour éloigner les carences.

Les aliments empirant les douleursLes plats préparés : Les aliments industriels qui sont très transformés renferment beaucoup de sel, de sucre et de gras, et ils favorisent les irritations. Notons aussi les additifs comme les conservateurs, les colorants et les émulsifiants qui stimulent les récepteurs de la douleur. Vous risquez de souffrir davantage surtout si vous avez déjà des douleurs chroniques. En raison de leurs composants, ces aliments industriels entraînent une dysbiose qui est un déséquilibre visible du microbiote intestinal participant au bon fonctionnement de l’organisme. Si tout de suite, ce déséquilibre ne provoque pas des maux de ventre comme la constipation et les ballonnements, sur le long terme, il favorise les maladies chroniques.

La farine de blé industrielle : Avant, l’utilisation d’une meule de pierre permettait d’avoir une mouture très fine, mais actuellement, le blé est moulu de façon très fine. Ainsi, on entre en contact avec les protéines présentent dans le noyau cellulaire du blé. Ces protéines sont difficilement digérables par l’organisme, et ça occasionne la multiplication de bactéries pathogènes, une augmentation de la perméabilité intestinale et un déséquilibre de la flore intestinale. Ainsi, elles risquent d’engendrer des maux de ventre comme les douleurs intestinales et les ballonnements ainsi que des soucis inflammatoires, même sans intolérance au gluten. Pour une bonne digestion, pour moins de douleurs et pour de vrais apports nutritifs, optez pour des céréales complètes au lieu du pain blanc ou des aliments à base de farines raffinées ou du moins, diminuez votre consommation.

Les viandes cuites à haute température : La viande rouge cause des inflammations tout comme les viandes transformées telles que la charcuterie qui renferme beaucoup de sodium et de graisses saturées empirant les douleurs. Mais le mode de cuisson est aussi responsable de l’augmentation de la douleur. Cuire les protéines animales à une température élevée (plus de 110°) crée les acrylamides qui sont très difficiles à digérer par l’organisme. Sur le court terme, ça provoque un déséquilibre du microbiote intestinal et une hyperperméabilité intestinale entraînant les inflammations. Sur le long terme, ça cause des maladies inflammatoires chroniques. Donc, limitez ces aliments quand vous souffrez.

Les boissons alcooliques : Beaucoup de personnes prennent de l’alcool quand elles sont malades dans l’espoir de ne plus ressentir les douleurs physiques ou mentales, mais c’est une mauvaise idée. C’est vrai qu’au premier verre, les boissons alcooliques ont un effet anti-inflammatoire, mais sachez qu’elles augmentent la perméabilité de l’intestin, et ça laisse passer les molécules provenant des bactéries induisant une réaction inflammatoire intestinale dans l’organisme. C’est le cas aussi pour les sodas, car le sucre affaiblit le système immunitaire. Il vaut mieux boire de l’eau minérale qui est riche en oligoéléments et en minéraux.

Les fritures : Les aliments frits comme les beignets et les nuggets sont à éviter même si on est en bonne santé. En manger lorsqu’on est malade risque d’empirer les choses. Ils renferment trop d’acides gras causant des inflammations. De plus, trop gras, ils mettent du temps à être digérés et métabolisés par l’organisme. En les consommant, on oblige notre corps à se centrer sur autre chose que l’infection, et cette dernière sera combattue plus longtemps.

Les aliments trop acides : Lorsqu’on est malade, notre corps est en déséquilibre, et pour ne pas aggraver les choses, on évite de manger des aliments trop acides comme les agrumes, l’abricot, la canneberge, l’ananas, le kiwi, les olives, les lentilles et le maïs. En effet, ces aliments risquent d’occasionner une inflammation. D’ailleurs, en cas d’irritation de l’estomac et/ou de la gorge, leur acidité irrite encore plus les muqueuses déjà fragilisées.

Certaines huiles : Elles renferment plus d’oméga 6 que d’oméga 3, ces derniers sont anti-inflammatoires alors que les premiers sont des acides gras pro-inflammatoires. Utilisées dans les préparations culinaires, ces huiles agrravent les douleurs et les symptômes inflammatoires donc, il faut les limiter. On parle ici de l’huile de soja, de tournesol ou de maïs. Vous pourrez les remplacer par de l’huile d’olive, de cameline, de noix, d’avocat, de fois de morue ou de lin.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.